Inscription
1ère place aux Trophées de la Communication 2014
HORAIRES D'OUVERTURE
. du Lundi au Vendredi :
9h -12h et 13h30 - 17h
. le samedi de 9h à 12h...

NOUS CONTACTER
MAIRIE
36, Route de Megève
74120 Praz sur Arly
Tel. 04 50 21 90 28

 

Adrien Bouard pense déjà à la saison prochaine (26-04-2016)

Adrien Bouard, 22 ans, français par son père, allemand par sa mère, faisait sa première saison intégrale en Coupe du Monde de ski de bosse, dans l’équipe d’Allemagne. Le skieur de Praz-sur-Arly partage avec nous son expérience et son bonheur d’avoir décroché le titre national en fin de saison.



Quel bilan tires-tu de ta saison ?
J’ai vraiment aimé cet hiver, surtout la fin de saison (rires). Il faut dire que j’avais perdu la forme après ma chute sur la tête et je n’ai pas fait de bons résultats aux Etats-Unis et au Canada. J’étais malgré tout rentré content car c’était de belles épreuves.
Ensuite, j’ai travaillé en faisant des Coupes d’Europe afin d’engranger de l’expérience. C’est ça qui fait vraiment la différence dans notre sport. J’ai senti qu’il me manquait quelque chose au niveau des sauts et c’est ce que je vais tenter d’améliorer cet été. Et puis je n’ai encore que 14 coupes du Monde à mon actif. A titre de comparaison, Anthony Benna (le Champion de Megève) en a 120.
J’ai, en tout cas, toujours gardé le moral. Et savoir que mon village me soutenait et suivait mes résultats m’a beaucoup aidé. Mes parents eux-mêmes ont été surpris de voir à quel point j’étais suivi par les gens du coin. Ils venaient les voir pour me féliciter et m’encourager. Ca compte aussi vraiment à ce niveau de compétition.

Comment as-tu vécu ce titre de Champion d’Allemagne en fin de saison ?
Nous avions des conditions magnifiques, avec une bonne neige et une piste digne d’une Coupe du Monde. Je me suis fait plaisir. Alors, gagner en plus, c’était vraiment incroyable. J’étais en confiance. Déjà la veille, en terminant 2e, je sentais que je pouvais encore faire mieux lors du duel.   Finir la saison ainsi, ça met déjà en confiance pour la suite.

As tu un peu le temps de te reposer maintenant que la saison est terminée ?
Pas vraiment. Je reprends dès cette semaine l’IUT à Annecy où je prépare une licence « techniques de commercialisation ». En tant que sportifs de haut niveau, nous avons la chance d’avoir un aménagement de nos études. La licence se fait sur 4 ans, voire 5 ans maximum. Je rentre dans ma dernière année.
Mais l’entraînement revient dès la mi-mai et je devrai donc mener en parallèle ma préparation physique et les cours qui s’arrêtent fin juin. ?Ensuite, je partirai l’été en Suède et en Norvège pour remonter de suite sur les skis. Cela fait trois ans que je ne m’entraîne pas sur pistes l’été afin de gagner un peu d’argent en travaillant. Mais ce n’est plus possible si je veux faire des résultats en Coupe du Monde.

Les conditions sont bonnes l’été en Suède et en Norvège ?
Les skieurs alpins partent plutôt au Chili ou en Argentine…
Les skieurs alpins ont besoin des mêmes conditions de neige dure pour s’entraîner, ce qui explique qu’ils partent là bas. Mais, en bosses, ça n’a pas d’importance, la neige molle nous va même très bien, d’où notre présence en Europe du Nord. Outre le ski, nous faisons aussi beaucoup de waterjump.
Nous rejoindrons ensuite l’Autriche en fin d’été puis Zermatt pendant 3 semaines pour le stage d’avant-saison le plus important. C’est impressionnant et beau à voir car toutes les nations du Monde s’y retrouvent. Cela permet à chacun de voir à quel niveau se situent les autres.

Comment es-tu venu à ce sport ?
Au début, vers 11 ans, j’y allais dans l’esprit freestyle et freeride. Le but, c’était de s’amuser et de faire les fous avec les copains, au club de Megève. Vers 14 ans, je me suis spécialisé dans les bosses. Ensuite, je suis rentré au Comité Mont-Blanc à 19 ans. C’est là que j’ai compris que c’était vraiment une passion. Hélas, j’ai eu des problèmes avec la FFS. Je trouvais l’approche des coachs démotivante. C’est alors que j’ai eu une proposition de l’Allemagne. J’ai fait quelques entraînements avec eux et ça m’a plus. Je me sentais bien dans cette équipe, ce qui est important car on passe beaucoup de temps en groupe. C’est venu tout seul et je ne regrette pas.

Quand aura lieu la première Coupe du Monde de l’hiver prochain ?
Ce sera le 12 décembre - le jour de mon anniversaire ! Notons aussi qu’il y aura une épreuve à Méribel fin décembre. La France n’en accueille pas tous les ans, ce sera donc une belle occasion. J’espère progresser pour être le mieux préparé pour cette prochaine saison qui s’annonce dense avec beaucoup de déplacements. En plus, il y aura les Championnats du Monde.

Mentions légales - Crédits Photos - Réalisation Alpium