Inscription
1ère place aux Trophées de la Communication 2014
HORAIRES D'OUVERTURE
. du Lundi au Vendredi :
9h -12h et 13h30 - 17h
. le samedi de 9h à 12h...

NOUS CONTACTER
MAIRIE
36, Route de Megève
74120 Praz sur Arly
Tel. 04 50 21 90 28

 

Pic de pollution dans la vallée de l'Arve (26-11-2016)

La Préfecture a émis un bulletin pour pic de pollution aux particules fines (PM10) dans le périmètre de la Vallée de l’Arve. Ce phénomène est dû à l’absence de vent et aux inversions de températures qui piègent les particules en fond de vallée. Passy et ses environs sont les plus touchés, mais le problème est marqué dans toutes les basses vallées. Selon Air Rhône-Alpes, la qualité de l’air s’est particulièrement dégradée hier dans de nombreuses parties de la région Rhône-Alpes. Aujourd’hui, les mesures montrent une amélioration.

Si Praz-sur-Arly a la chance d’être déjà éloignée de l’épicentre du phénomène et d’avoir un air de bonne qualité, son niveau est passé, hier, de « bon » à « médiocre » du fait de l’extension du phénomène météorologique. Notre village a toutefois retrouvé un air de bonne qualité dès ce matin (suivi).

Pour notre village, cette légère dégradation est restée exceptionnelle et mesurée. Les Pralins doivent néanmoins se sentir concernés par le problème, tout comme chaque citoyen de Haute-Savoie. Et cela ne se limite pas à ceux qui auraient à se déplacer en direction des zones les plus impactées de la vallée de l’Arve où le Préfet recommande aux populations sensibles (femmes enceintes, enfants de moins de 6 ans, personnes âgées, insuffisants cardiaques ou respiratoires, asthmatique) d’éviter les activités physiques intenses et de limiter leurs déplacements sur les grands axes routiers aux périodes de pointe.

Le Préfet invite aussi la population à stopper les feux de cheminée d’agrément ou d’appoint et de réduire la vitesse sur les routes. Les artisans et industriels sont conviés à reporter tous travaux mettant la poussière en suspension dans l’air.
Lire toutes les recommandations et le bulletin d’alerte

Mais, toute l’année, l’ensemble des citoyens peuvent agir. Ceux qui subissent régulièrement la pollution, bien sûr, mais aussi leurs voisins qui ont la chance d’avoir un air de meilleure qualité. Car un certain nombre de nos gestes quotidiens peuvent être sources de particules fines (et gaz nocifs) qui finiront peut être piégées dans les fonds de vallées par le phénomène des inversions de températures (1).

Ainsi, 58% des émissions de particules fines dans la vallée de l’Arve seraient dues au chauffage au bois des particuliers. D’où la subvention de 1000 euros proposée à la population pour remplacer les appareils anciens et les cheminées ouvertes par des chauffages au bois plus vertueux (lire les infos à ce sujet) dans le cadre du Plan de Prévention de l’Atmosphère (PPA). Allié à une meilleure isolation des logements, cet effort de chacun peut déjà apporter des réponses importantes.

Quant aux industries et aux transports, ils représentent chacun environ 20% des émissions.

Les rejets industriels diminuent progressivement et du travail doit encore être fait pour éviter les rejets dans l’atmosphère. Les transports internationaux, avec leurs nombreux poids-lourds, peuvent faire l’objet d’un arrêté d’interdiction de circuler, notamment les plus polluants (disposant de moteurs classés Euro 1 à 3). Une décision rarement appliquée. Une réelle pression en ce sens aurait certainement le mérite de pousser les transporteurs à investir dans des engins moins polluants. La France est également très en retard sur la politique de ferroutage.

Chacun peut, par ailleurs :
- dans les transports : privilégier plus souvent la mobilité douce (vélo, marche à pied) ou le covoiturage (combien de personnes se déplacent à vide alors qu’elles pourraient s’organiser, par exemple avec des collègues de travail), sans oublier les véhicules non émetteurs de particules comme les voitures électriques (en partenariat avec le Syane et l’Adème, toutes les communes du Pays du Mont-Blanc devraient recevoir leurs premières bornes de recharges publiques en 2017). Les transports en commun sont aussi, bien sûr, une bonne pratique, et le Conseil Départemental a augmenté certains passages des bus. Néanmoins, le territoire ne bénéficie pas, pour l’heure, de transports aussi réguliers que dans les agglomérations.
- déchets verts : rappelons qu’il est interdit par arrêté préfectoral de brûler ses déchets verts ou faire de l’écobuage sous peine d’une lourde amende (450 €), ces pratiques étant de fortes émettrices de pollution.
- autres déchets : triez pour favoriser le recyclage et diminuer les déchets partant à l’incinération.
- Energies : économisez l’énergie et ne chauffez pas plus que de raison votre logement ou vos locaux professionnels. Etudiez la piste du solaire ou d’autres énergies renouvelables pour vos installations.

Un nouveau PPA étant en cours d’élaboration, il conviendra de viser des objectifs plus ambitieux. Les collectivités locales ont un rôle important à jouer sur cette question en matière de nouvelles propositions. Mais elles resteront aussi dépendantes des mesures et des moyens financiers - forcément conséquents si l’on veut des résultats notoires - que l’Etat voudra bien allouer à cet enjeu majeur de santé public.


Niveau des particules fines PM10 relevé le vendredi 25 novembre 2016 (source Air Rhône-Alpes)


Niveau des particules fines PM10 relevé ce 26 novembre 2016 (source Air Rhône-Alpes)


Niveau des particules fines PM10. Prévisions pour le 27 novembre 2016 (source Air Rhône-Alpes)



(1) Inversions de températures : Dans une atmosphère stable, un phénomène appelé inversion de température peut se produire : la température de l’air augmente avec l’altitude.  Au cours de la nuit, la terre se refroidit plus vite que l'atmosphère. De ce fait, les couches d'air au niveau du sol deviennent plus froides que les couches immédiatement supérieures. La situation devient alors favorable à l’accumulation de polluants qui se retrouvent comme bloqués sous un couvercle.
Ces inversions se produisent généralement lors des nuits dégagées et sans vent.
Elles peuvent persister plusieurs jours, notamment en hiver où l'ensoleillement est faible. Dans les régions montagneuses, le phénomène est accentué par les brises de montagnes qui amènent l’air froid des sommets vers la vallée.
Les pics de pollution au dioxyde de soufre, aux oxydes d'azote et aux particules en suspension sont souvent liés à ce phénomène d’inversion de température.
(Source : site de Air Rhône-Alpes )

 

Mentions légales - Crédits Photos - Réalisation Alpium