Inscription
1ère place aux Trophées de la Communication 2014
HORAIRES D'OUVERTURE
. du Lundi au Vendredi :
9h -12h et 13h30 - 17h
. le samedi de 9h à 12h...

NOUS CONTACTER
MAIRIE
36, Route de Megève
74120 Praz sur Arly
Tel. 04 50 21 90 28

 

Comptage des tétras-lyres (18-05-2010)

Une vaste opération de comptage des tétras-lyres était organisée la semaine dernière. Il s’agit, en effet, de la période des amours, où les coqs sont les plus facilement observables.


Tous les deux ans, à la demande des services de l’Etats, le GIC du Tétras-Lyre (1) organise un comptage sur l’ensemble de l’espace qu’il gère, à savoir 15 communes. Un vaste territoire qui s’étend de Sallanches à Ugine, des Contamines à la Giettaz. Par tradition le centre névralgique de l’opération est Praz-sur-Arly où se retrouvent l’ensemble des participants au retour des montagnes.

Le comptage a été réalisé trois fois, la semaine dernière, les 8, 11 et 15 mai. “C’est une des périodes les plus propices au comptage. Les coqs sont sur les zones de chant. C’est en les comptant que nous déterminons la population des tétras et que nous la comparons avec les années précédentes” explique François Arvin-Bérod, président de l’association de chasse de Praz-sur-Arly. Ce samedi là, il ne tarit pas d’explications car il emmène avec lui des invités qui découvrent le sujet, dont le maire de la commune, Yann Jaccaz, et Georges Basset, conseiller municipal.

Le petit groupe s’est retrouvé à 4 heures du matin sur la place du village. Il n’y a pas âme qui vive à cette heure évidemment, à part une fouine qui traverse la route devant l’ESF. C’est l’oeil de lynx de François qui l’a aperçue. Tous prennent alors le chemin des montagnes. Il faut être sur place, à 1900 mètres d’altitude, avant le lever du jour afin de ne pas déranger les coqs durant leur parade nuptiale. Malheureusement, le brouillard va compromettre le comptage, ce matin là, sur Praz. On entend bien les oiseaux, mais impossible de les voir. Christian Arvin-Bérod, qui est de l’expédition, explique ces chants. Cela commence par un “chuintement” puis, lors des parades, les tétras se mettent à roucouler. Ces chants sont parfaitement distinguables dans la brume glacée. 

Si l’équipe ne voit pas les oiseaux, la frustration est largement compensée par cette ambiance particulière du petit matin et par les nombreuses informations que donnent les chasseurs. Au final, le groupe retrouve les autres bénévoles à Praz pour le bilan de la matinée.

Eric Coudurier, directeur du GIC, rassemble les décomptes secteur par secteur, ramenés grâce à la mobilisation d’une centaine de chasseurs. “Les populations sont en hausse, avec 231 coqs dénombrés cette année, contre 200 en 2008. C’est rassurant après une période de baisse entre 2006 et 2008.”


Le GIC a été créé en 1988, à un moment où les populations de tétras étaient en forte baisse (70 coqs lors du premier comptage). Il s’agissait alors de s’organiser pour pérenniser l’espèce et en permettre le maintien de la chasse. Des actions ont alors été mises en place. Parmi elles, l’instauration de quotas de chasse en fonction des effectifs recensés ou encore de vastes opérations de débroussaillage pour supprimer des arbustes comme les rhododendrons, qui sont envahissants et qui empêchent le développement des insectes. Ces derniers sont ainsi plus nombreux dans les zones de nichée du tétras-lyre. Le premier site qui fut débroussaillé était les Charmots, à Praz-sur-Arly. Depuis, une centaine d’hectares ont été tondus sur l’ensemble du territoire pour un coût de 150 000 euros.
On doit aussi au GIC l’utilisation de flotteurs sur les câbles de téléskis, afin que les oiseaux voient les lignes et les évitent. La station pionnière fut Crest-Voland. Depuis, le système a été repris dans toute la France ! Le nouveau téléski des 3 Coins, à Basse Combe, en est équipé.

La municipalité de Praz-sur-Arly souhaite s’inscrire dans ces démarches et lance une étude sur le site de Véry, en vue d’une candidature à Natura 2000 et pour l’instauration éventuelle d’arrêtés de biotope dans les zones les plus sensibles. L’étude démarrera sur le site en juin. Elle sera menée par le GIC en partenariat la FRAPNA.

Des actions de communication seront menées afin de sensibiliser les pratiquants de montagne. En hiver, les skieurs hors piste dérangent souvent le tétras, ce qui peut finir par l’affaiblir et le tuer. De la même manière, les photographes qui viennent régulièrement sur les sites de chants, au printemps, se montrent parfois peu discrets et effraient les oiseaux qui désertent alors le site. Chacun doit donc prendre ses responsabilités afin que ces magnifiques tétras continuent à vivre dans nos montagnes.


(1) Groupe d’Intérêt Cynégétique

Photos : Yann Jaccaz/Guillaume Gauduel/Christopher Ligeon (pour la photo du tétras).

Superbe vision que ce tétras-lyre perché sur un sapin. François et Christian Arvin-Bérod préparent la longue vue pour l'observation. Christian et François Arvin-Bérod entourent Georges Bassset (Conseiller Municipal), Yann Jaccaz (Maire) et Cécile Cornillon (DGS). Les bénévoles du GIC se retrouvent à Praz pour le bilan.
Mentions légales - Crédits Photos - Réalisation Alpium