Inscription
1ère place aux Trophées de la Communication 2014
HORAIRES D'OUVERTURE
. du Lundi au Vendredi :
9h -12h et 13h30 - 17h
. le samedi de 9h à 12h...

NOUS CONTACTER
MAIRIE
36, Route de Megève
74120 Praz sur Arly
Tel. 04 50 21 90 28

 

Qu'est-ce qui fait courir Gérard Morand ? (02-11-2013)

Le trailer pralin vient de boucler sa meilleure saison. Il a notamment remporté la Montagn’Hard en catégorie V3 !



Le physique impressionne. L’homme est sec, musclé. Affuté diront certains. Mais c’est lorsque la machine se met en route que Gérard Morand épate le plus. Sur les sentiers, il semble plus bondir que courir. Les jambes seraient-elles montées sur ressort ??? La remarque fait rire Gérard, dont la joie de vivre est aussi naturelle que sa propension à courir.

Mais ce ne serait pas lui faire honneur que de penser que la nature est la seule responsable de cette carrure. A 61 ans, Gérard Morand s’entraîne beaucoup. Il parcourt deux fois par semaine sur les chemins du village, chaque fois 2 heures, en moyenne. Il aime partir vers le Roc des Evettes. Ou bien passer par les Varins pour rejoindre le Mont de Vorès. Vous êtes déjà fatigués ? Lui non. San compter qu’il enchaîne deux trails par mois.

Et cette année, le jeune retraité a particulièrement brillé en compétition. Il a, par exemple, terminé premier de la Montagn’Hard (St Nicolas de Véroce) en catégorie Vétérans 3, avalant 3400 mètres de dénivelé et 39 km en 7h28. Il a de quoi avoir le sourire ! Mais le plaisir, il aime le partager avec ses complices du club Praz Montagne. Il cite fièrement le résultat de Johanny Jond, qui a fait la version 60 km de la Montagn’Hard. « Chapeau ! »

Gérard en oublierait presque de parler de lui. Mais nous le remettons sur le droit chemin. Celui des nombreuses courses faites depuis le début de l’été. Mais qu’est-ce qui fait courir le Pralin ? « C’est mon plaisir d’avaler les kilomètres, de parcourir la montagne en toute liberté, de la découvrir. On peut admirer le paysage même s’il faut rester vigilant pour éviter la chute. A l’entraînement, chamois ou renard sont parfois sur le chemin tôt le matin. »

La première motivation de Gérard, c’est donc le plaisir. Raison pour laquelle il évite les courses longue distance, synonyme de souffrances. Mais il a aussi l’esprit joueur. Sa plus grande fan, Christine, son épouse, le suit sur toutes les courses. « Une fois le départ donné, ce n’est plus le même. Il part à fond, comme tous les autres » rit-elle. Mais s’il se laisse prendre au jeu, il sait surveiller son rythme pour éviter la zone rouge. D’ailleurs, Gérard est fier de n’avoir jamais abandonné une course.

Gérard s’amuse, donc. Mais, il fait plus que cela. En huit courses, il a gagné 5 fois ! Cela ne surprend guère ses collègues. Ils le connaissent depuis longtemps. Il fait du trail depuis 5 ans, mais il écume les courses de ski alpinisme depuis 10 ans. « Mes copains du Mountain Ski Tour (1) m’ont poussé à faire de la course à pied, m’expliquant que ça permettait de garder l’entraînement après l’hiver. » L’homme ne s’est pas fait prier. Le sport et la montagne sont ses grandes passions. Avant le ski ou le trail, Gérard faisait beaucoup de VTT.

On peut donc compter sur lui pour continuer. Le tout, c’est de lui proposer des parcours techniques, des chemins sinueux. « Et escarpés. Je déteste le plat et le goudron. » Il ne rechigne pas, en revanche, à faire quelques courses sur neige, des « snowtrails ». Infatigable Gérard !
Alors, si vous le croisez sur les chemins, encouragez-le comme il se doit. Cela lui donnera encore plus d’énergie pour ses prochains trails où il arbore toujours fièrement les couleurs de Praz-sur-Arly.



Ses principaux résultats Vétéran III en 2013
En trail, vainqueur de : Sallanches-Varan ; Cruet-Lac de la Thuile ; Montagn’Hard, Tour des Fiz ; La Frison Roche.
En ski alpinisme : 1er au général du Mountain Ski Tour (7 fois vainqueur, 3 fois 2e, 1 fois 3e), 3e en Coupe de France aux Cybelles.
En snow trail : deux 3e places.


Trail, kézako ?
Il s’agit d’une course à pied en milieu naturel. Le parcours ne doit pas excéder 15 à 25% de parties goudronnées. Le coureur part généralement avec une paire de bâtons et un petit sac (avec 1 litre d’eau, quelques aliments, une couverture de survie, un imperméable et un téléphone portable).


(1) Circuit de courses de ski alpinisme, dont la « Montée de l’Envers du Pratz ».

Cet article sera à retrouver dans le magazine Praline(s) N°5 à paraitre fin novembre.
Texte : Yann Jaccaz
Photos : Gaël Joncour



TOUT UN REPORTAGE PHOTO EST DISPONIBLE SUR NOTRE PAGE FACEBOOK (accessible même si vous n’êtes pas abonné à FB).

 

Mentions légales - Crédits Photos - Réalisation Alpium