Inscription
1ère place aux Trophées de la Communication 2014
HORAIRES D'OUVERTURE
. du Lundi au Vendredi :
9h -12h et 13h30 - 17h
. le samedi de 9h à 12h...

NOUS CONTACTER
MAIRIE
36, Route de Megève
74120 Praz sur Arly
Tel. 04 50 21 90 28

 

Dean Wallace, Pralin de metal (16-11-2013)

A 20 ans, Rémy Boyer, alias Dean Wallace, prépare son premier album. Et ça va déménager d’autant qu’il a décroché une place de N°1 lors d’un concours radio en Californie !



Des mains en or, un caractère en acier trempé… Lorsque nous parlons de Dean Wallace, nous pouvons parler d’un homme de métal. Ou plutôt d’un homme du metal. Jusqu’à ce printemps, nous le connaissions surtout par son vrai nom, celui de Rémy Boyer, vingt ans, qui a monté avec deux autres Pralins le groupe Whymper. Le jeune homme va plus loin aujourd’hui en enregistrant son premier album. Mais, avant de parler d’album, effectuons un petit retour en arrière.

Le talent ne se dicte pas, il se travaille. Et l’âme metal des Boyer s’est forgée au fil des années, depuis le collège. Germain, le frère aîné, joue de la guitare. Son frère, Rémy, le suit dès ses 14 ans. « Nous avons monté un groupe et joué des reprises. Mais nous n’avions pas envie de rester dans cette logique. Très vite, nous nous sommes dits qu’il fallait composer » se souvient Rémy.

Ils décident d’écrire leurs propres chansons

Les deux frangins se mettent donc à écrire leurs propres chansons. C’était il y a trois ans. Et les garçons ne prennent pas le chemin de Jean Ferrat. Contre toute attente, le calme des Essertets, la vue champêtre de leur maison sur le mont Blanc et Praz-sur-Arly leur inspire du… heavy metal ! Il y a des choses qui ne s’expliquent pas. « Nous écoutons de tout, mais nous aimons le metal car c’est puissant.  Mais, attention, il y a plusieurs styles dans cette musique. Nous essayons de faire de vraies mélodies, agréables mais pleines de puissance. Nous sommes plus près de la frontière du hard rock que de celle du death metal, dans un style old school (le metal des années 1990). » Les connaisseurs apprécieront. Pour les autres, nous décrypterons en disant que c’est une musique… bien trempée !

En septembre 2011, le répertoire est assez riche pour monter leur groupe. Un autre Pralin les rejoint, Joseph Jaccaz, bassiste, ainsi qu’un jeune de Genève, Simon Pawolleck, batteur. Ensemble, ils tournent sur les scènes metal régionales sous le nom de Whymper, clin d’œil au célèbre alpiniste anglais. D’ailleurs, tout leur répertoire est écrit dans la langue d’Osbourne. L’anglais est la langue traditionnelle du metal.

N°1 d’un concours californien

Le groupe ne va pas seulement être remarqué sur les scènes de Lyon ou de Genève. Des fans de metal américains vont aussi les entendre fin 2011. « Nous venions juste de mettre en ligne des chansons sur notre page Internet. C’est alors qu’une radio californienne dédiée au metal nous contacte pour nous proposer d’intégrer un de nos morceaux à leur compilation mensuelle Kill City. » Pour les Hauts-Savoyards, c’est un événement. La Californie, c’est LE fief mondial du metal. De plus, la compilation est soumise, chaque mois, à un vote du public. Et là, surprise, Whymper termine premier avec la chanson « Get away from my home » et gagne ainsi des passages à la radio ! Plus fort encore, au classement général de cette année là, il terminera deuxième sur 600 chansons !

« Ca nous a motivés encore plus car nous avons vraiment compris que les gens aimaient ce que nous faisions, en dehors du cercle de nos connaissances » se souvient Rémy.
Depuis, une autre des chansons du groupe a été intégrée à la compilation Transit, magazine suisse de metal.

Rémy joue tous les instruments

Mais une nouvelle étape a été franchie ce printemps avec l’enregistrement d’un album qui devrait sortir d’ici la fin de l’année. Exit Whymper, l’album portera le nom de scène de Rémy Boyer : Dean Wallace. Il faut dire que, de l’avis même de son frère, Germain, « c’est Rémy qui porte l’équipe à bout de bras. Il écrit la grande majorité des paroles et des musiques, même si je participe aussi. » C’est aussi Rémy, ou plutôt Dean Wallace, qui a mobilisé près de trois semaines pour enregistrer l’album. « Je suis venu de temps à autre pour jouer avec lui. Mais je travaillais, tout comme Joseph et Simon qui étaient bloqués par leurs études. Du coup, Rémy a joué lui même tous les instruments durant l’enregistrement » raconte Germain, fier du petit frère, mais pas étonné. « C’est sa passion, il y passe encore plus de temps que nous. »

Du temps, il en faut car Dean et ses musiciens répètent ensemble trois heures par semaine, sans compter les entrainements solo chez soi. Dean compose aussi durant ses soirées et le week-end. « J’ai plus de facilités à composer. Pour les paroles, c’est plus complexe, d’autant qu’il faut écrire en anglais » explique Dean.

Mais tout cela reste un loisir. Si Dean rêve de musique, il garde la tête sur les épaules. « Nous avons notre boulot à côté, soit 6 jours sur 7 à l’agence immobilière familiale, à Saint-Gervais. Nous n’attendons pas la musique pour vivre. »

En attendant, Dean et ses trois acolytes s’amusent. Mieux, ils font plaisir à un public de plus en plus large. Un de leurs premiers fans, Louis Pradel, confirme. « Je ne suis pas particulièrement amateur de metal. Mais ce que fait Rémy a vraiment un rendu incroyable. Et puis il écrit ses propres compositions. C’est un travail monstrueux. De toute façon, je me souviens que, dans les soirées que nous faisions plus jeunes, il était déjà capable, avec sa guitare, de jouer n’importe quel air que nous lui demandions. Aller maintenant plus loin, c’est tout le mal qu’on lui souhaite ! »

Dean Wallace voit d’ailleurs plus loin. La prochaine étape est, bien sûr, de sortir l’album. « Maintenant qu’il est prêt, nous allons contacter des professionnels pour trouver un manager. Sinon, nous choisirons l'auto production (pressage  des CD, publicité, tournée... par nous même). Et puisque le live est ce qu'on préfère, nous aimerions faire des concerts de plus en plus gros, tout en démarchant les festivals pour devenir les représentants du style dans le plus grand secteur possible. » L’aventure ne fait sans doute que commencer.



L’album
La date de sa sortie n’est pas encore connue. Il sera composé d’une dizaine de chansons. L’enregistrement a duré près de trois semaines en avril. Le travail est, il est vrai, très méticuleux. Un passage dans le studio, dans la Vallée Verte, nous a permis d’apprécier le travail d’orfèvre de l’enregistreur et de l’artiste. Pour le seul chant, il faut deux jours d’enregistrement, puis un jour par chanson pour les instruments car tout est enregistré séparément. Ont suivi, dans le printemps et l’été, le mixage (réglages et balances) et le mastering (optimisation et homogénéisation des bandes sonores).

Pour les écouter : http://www.youtube.com/user/whympermetal74?feature=watch

Texte : Yann Jaccaz
Photos : Gaël Joncour



VOIR PLUS DE PHOTOS DU GROUPE AVEC NOTRE REPORTAGE
VOIR DES PHOTOS DE L ENREGISTREMENT DE L ALBUM EN STUDIO
Des reportages photos organisés par la mairie (droits photos réservés Mairie de Praz-sur-Arly)
 

Mentions légales - Crédits Photos - Réalisation Alpium